2012/04/13 Exposition de Hei Ma Wu Jun黑马吴俊, Darcy Mc CABE, avec Marion CADIOU et Adeline GOUYETTE, Rhizome-Lijiang art center, Chine

2012/04/13 Exposition de Hei Ma Wu Jun黑马吴俊, Darcy Mc CABE, avec Marion CADIOU et Adeline GOUYETTE, Rhizome-Lijiang art center, Chine

Exposition jusqu’au 22/04/2012

Hei Ma Wu Jun 黑马吴俊 est né le 6 avril 1972, dans la province du Hubei, Chine. En 1988, il termine ses études à l’Académie de Beaux arts du Hubei. En 1992 il travaille dans le Sud à Zhuhai pour une agence de pub. Il fonde l’agence de publicité « Julan » en novembre 2000 où il est le directeur général. En 2001, il subit deux accidents de la route majeurs, qui l’ont amené près de la mort et ont complètement changé sa vie. Avec l’art comme moyen de communication, il exprime ses nouvelles réflexions sur la vie humaine et ses valeurs.
Il photographie les cicatrices laissées sur son corps dans « la Série de Vie » en 2002 qui a été publié dans « l’Art Oriental » en décembre et est exposé de manière permanente au Musée Macao d’Art en 2005. En 2003 il participe à l’exposition collective au Musée d’art contemporain de Macao avec sa série “l’Hôpital du Paradis“, (peinture à l’huile). En 2004, son autobiographie, « Passant comme un éclair » est publiée. De 2005-2006, il a été invité en plus de 20 collèges et universités en Chine, à Beijing, Qinghua, Wuhan et à l’Académie des Arts du Hubei pour sa conférence « la Vie et l’Art ».
Il s’est installé a Lijiang, depuis 2008.

Darcy Mc Cabe : « Je suis fascinée par l’interaction de matières industrielles, l’environnement et la perception. Dans ma pratique, je cherche à établir un espace entre les notions nostalgiques de certitude et des expériences présentes, où seule l’assurance sait que toutes choses changent, se détériorent, se développent…
Ma propre interaction avec Lijiang m’a décidé à créer une exposition interactive. J’aimerais aider les gens à comprendre physiquement le processus d’espérance, la réalisation et l’acceptation. Comme les perceptions des gens sont déjà à demi-formées avant qu’ils n’atteignent une destination, mon travail est une installation à demi-finie de matériaux de constructions divers. Le public est invité à rassembler et finir le travail. Quand il part, il est invité à emporter les débris de matériaux qui ont aidé à former l’installation afin qu’il constate que quand on quitte un endroit, on ne prend seulement qu’un fragment d’une expérience… »

Adeline Gouyette et Marion Cadiou, étudiantes en quatrième année à l’école supérieure des beaux-arts de Montpellier, France, sont actuellement en stage au sein de Rhizome Lijiang art center. Pendant un mois, elles ont entrepris de travailler sur un projet in situ.
Nine columns, Projet in situ.
Il est dit que le commencement nait de la fin, le 9 en est l’exemple. Nine columns est une unité fragmentée en neufs volumes, éclatés dans l’espace et liés les uns au autres par une germination centrale. Chaque colonne reçoit un élément unique dont elle devient le centre. Tous les éléments se répondent, indépendants et faisant partie d’un tout, créant des systèmes de circulation dans l’espace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *