Rhizome/ mai 3, 2018/ Aller aussi loin que possible/ 0 comments

Dali, 15 février 2005

Quelques jours, juste histoire de continuer le voyage dans la capitale des Naxis. Découvrir d’autres paysages, entre lac et montagnes.

Télésiège de fortune qui nous amène à un bouddha rigolard et à des femmes cassant les cailloux d’un chemin en construction.

Hommes penchés sur les machines poussiéreuses de marbres blancs et noirs.

Petits chevaux tirant leurs charrettes colorées, à l’affût des étrangers.

Tours aux formes particulières se dressant dans le soleil couchant.

Petite excursion en bateau sur le lac, avec des escales déterminées pour ne pas trop s’attarder. C’est pourtant là qu’une rencontre se jouait avec une petite voiture, entre de jeunes moines et Solal.

Campagne traversée en vélo, où quelques têtes souriantes dépassent au milieu des verts et des jaunes.

Quelques jours qui suffisent à voir la vieille ville se transformer sous l’effet du tourisme, à constater que les vrais habitants se retrouvent de plus en plus éloignés d’un centre, remanié, reconstruit, à la manière de… mais ça sonne faux, ça résonne vide.

19 février : On repart quelques jours à Kunming. On retrouve nos habitudes, nos amis, la vie. Quelques pensées pour rester à jamais ? On a pour l’instant d’autres buts. Un déchirement plus tard, on se retrouve dans l’avion, destination : la jungle.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.